# Nantes : Cet homme de 30 ans, qui avait deux enfants.

Anne-Hélène Dorison, Jérôme Jolivet et Rémi Certain ont écrit un bel article sur le tragique d’une vie. Extraits de ce portrait entre le quotidien et de l’horrible.

Un sentiment de malaise et de honte.
Notre hexagone ne devrait pas toléré ces drames.
La mort est tragique surtout quand la cause est administrative.

Libre ciculation des êtres et des idées, pays de naissance  des droits de l’homme, etc…
la France devrait garantir un accueil digne à ces personnes humaines qui ne veulent que vivre après tout ! Juste vivre.
Un peu comme vous et moi…

 

 

 

 

 

**********************************************************************

 

Le demandeur d’asile retrouvé mort à Saint-Herblain, jeudi 3 octobre, avait quitté le Tchad en 2014. Son cousin, Mahommed, revient sur le parcours de cet homme de 30 ans, qui avait deux enfants.

Décédé à Saint-Herblain, jeudi 3 octobre, Omar Tahir est né à Khartoum, capitale du Soudan, et il a vécu à Tiné, un village situé à la frontière entre le Tchad et le Soudan, avec sa femme et leurs deux enfants, une fille et un garçon de 12 et 8 ans et demi. C’est loin d’eux, dans la métropole nantaise, que le cœur de cet homme de 30 ans a cessé de battre, suite à un syndrome asphyxique, selon les médecins légistes.

« Omar et moi, on rêvait de partir en Angleterre. Il voulait enseigner »

Le Tchad, son pays (*), il l’avait quitté en 2014. Son cousin Mahommed, qui dort lui aussi au gymnase Jeanne-Bernard, avait alors traversé la frontière avec lui, pour rejoindre la Libye. Au Tchad, on avait fait l’objet de menaces, se souvient le jeune homme. Omar avait été accusé par le gouvernement tchadien d’appartenir à un groupe de rebelles et il avait été emprisonné pendant deux ans. Après, on a été obligé de fuir. Là-bas, le migrant avait aussi fondé une famille et passé quatre ans à étudier les langues à l’université, entre deux matches de volley-ball. Il a tout laissé derrière lui.

Après avoir passé quelques semaines en Libye, les deux cousins sont arrivés en Italie. Mahommed y a obtenu un titre de séjour, valable cinq ans. Omar, lui, a poursuivi sa route. L’un de ses frères vit en France, à Lyon. Et des amis se trouvaient à Nantes. Il serait arrivé en France il y a un peu plus d’un an, selon Mahommed.

Il se tenait « à l’écart des conflits »

Au gymnase, plusieurs exilés disent que cet homme, demandeur d’asile, dormait dans cet immense squat depuis huit mois. Omar, visage rond et souriant, s’y montrait rigolo, selon plusieurs jeunes gens, rencontrés sur place. Il se tenait à l’écart des conflits. Il était gentil, aussi.

 

in

 

 

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/migrant-decede-omar-et-moi-on-revait-de-partir-en-angleterre-829c27d0-e68f-11e9-9953-a89c82c6ac97?fbclid=IwAR1ncPmBVGFeK7qVNdCDYNWLC-WMmn0rNxEAaTCfooDq_CHGHxj5PW7otpU

 

cropped-elephant-tete-120.jpg

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s