#remarquables : Marie Claude Esculier et le monde de Shabi

Ce jour-là, tout le monde était très perplexe.

Les animaux et les plantes de toutes contrées s’inquiétaient. Rien ni personne ne se sentait tranquille, même dans la Forêt Sereine.

Pour tenter de calmer les esprits, la Forêt avait choisi, dès l’aurore, des couleurs très douces, variations de bleus et mauves, des couleurs tendres qui apaisent

 

https://mcesculier.wixsite.com/le-monde-de-shabi?fbclid=IwAR2nLlzj02KG2NcKyhcLbdMIl2BBq3CBEWhMleYWXsFFY4LDvjLiF9JYyC4

Et sur le site biographie !

« 

Quelques mots

de mon histoire

La première partie de ma vie fut bien éloignée des passions qui m’animaient depuis très jeune, à savoir le dessin et le modélisme. Préférant m’assurer une vie d’indépendance où je pourrai assumer mes choix, j’abandonnais mon attirance pour les Beaux-Arts pour des études en Ecole de Commerce.

Par la suite, après avoir laissé tomber le monde de l’entreprise qui ne me convenait pas, c’est l’aventure Européenne qui fut ma seconde vie dès 1992 : une grande bouffée d’oxygène entra dans ma vie professionnelle grâce à cette construction innovante, osée, passionnante et soutenue par une philosophie de partage qui me convenait très bien. La rencontre avec d’autres cultures, la découverte d’autres visions, la création d’un nouveau métier devinrent autant de challenges qui me portaient au quotidien. Gardant toujours mes mon attirance pour l’art dans un coin de mes rêves, je découvrais l’écriture au fil de ma profession. Rédiger des dossiers, des candidatures, des rapports, trouver les mots justes et leur donner force de conviction pour trouver des financements Européens dans des domaines sociaux et environnementaux, là où il y a tant de besoins.

Au fond de moi, je gardais toujours le goût de la rêverie, de la solitude, l’amour de la nature et des animaux, les promenades en silence et l’imaginaire du petit peuple et des légendes.

Lors d’un voyage inoubliable en Laponie suédoise, la poésie et le mystère de cette région perdue au milieu des neiges et des forêts primitives, imprégnèrent mon âme à jamais. Des paysages à perte de vue, un silence chargé de la magie de cette contrée, une neige feutrée procurant une sensation de cocon et de paix. Les tambours, les Sames et leur vision du monde, leur respect de la nature et du vivant, créèrent un lien et une émotion indéfectibles. J’avais la sensation d’une rencontre avec moi-même, une force que personne ne pourrait jamais m’ôter comme si je puisais à la fois dans le passé et dans tout le possible du moment. Comme si tout pouvait s’arrêter là, ici et maintenant, dans une sérénité totale.

Au retour d’un de ses voyages, une petite Elfe s’invita en cachette dans mes bagages et dans ma vie pour ne plus jamais me quitter. SHABI (c’est ainsi qu’elle se nomma) me parlait sans cesse et déroulait tout un monde que je ne soupçonnais pas. Je dus négocier avec elle pour qu’elle n’envahisse pas ma vie et mon sommeil. Nous trouvâmes finalement une équilibre ensemble, chacune à sa place, me permettant ainsi d’aborder une nouvelle vie.

A travers ses aventures, j’espère vous transmettre l’amour et le respect du monde végétal et animal, du petit peuple et vous permettre de trouver cette émotion du Nord que je souhaite à chacun.

 

albatros

Maman, Papa, Louise et moi : #remarquables

#remarquables

« Les parents sont dans leur chambre, on entend des bruits de voix étouffés. Bientôt, le ton monte. Il est temps pour moi de distraire Louise. Lui épargner ça encore quelque temps, ne serait-ce que quelques jours, voire quelques heures, ce ne serait déjà pas si mal.

Le regard qu’elle m’adresse quand j’entre dans sa chambre envahie de jouets du sol au lit, est éloquent. Ce n’est pas celui d’une petite fille de 4 ans qui risque de se faire gronder pour avoir sorti ses jouets au lieu de faire sagement sa sieste. Non, c’est un long regard triste qui me tord le ventre. Elle sait. Elle a dû nous entendre et comprendre à sa façon qu’un drame se joue dans la maison.

Je la prends dans mes bras, la berce doucement. J’ai du mal à retenir mes larmes. Ma vue se brouille. Je suis là, petite sœur, je vais m’occuper de toi. Tu sais, Papa est le plus fort du monde, il va nous sortir de là.

Hein, dis, Papa ? »

**

Audrey Harel-Casanove, romancière et artiste peintre

audrey-harel-casanoveAveuAveu

Aveu

Il faut que je vous avoue que dans la « vraie » vie, j’ai un côté « défense de la veuve et l’orphelin ».
J’essaie d’œuvrer pour le bien commun.
Pour l’égalité, la liberté.
Je ne supporte pas l’injustice.
J’y suis totalement allergique.
Je milite.
J’informe, je dénonce, j’affiche mes opinions, radicales parfois.
J’ai remarqué, parce que ce n’était pas prémédité, que mes romans laissaient transparaître mon militantisme.
Les histoires que j’invente sont des fictions teintées de réalités. Des réalités injustes, cachées, violentes, ou tragiques. Ce que la société cherche à cacher derrière d’épais rideaux que je soulève en passant.
Je pioche ici et là, je tends l’oreille dans la rue, aux terrasses des cafés, je tisse des histoires avec des bouts de vie.
Voilà pourquoi j’écris.
Voilà pourquoi les mots grouillent dans mbiographiea tête.

 

 

 

**

 

http://www.audreyharelcasanove.fr/maman-papa-louise-et-moi-rentrée-littéraire-2018/

biographie

 

biographie

Je vis en province, loin de la capitale parisienne où je fis pourtant mes premiers pas et dans laquelle j’aime à retourner flâner.

J’ai vécu une grande partie de ma vie  à Paris, un peu à Londres. J’aime voyager, découvrir de nouveaux horizons. Je suis curieuse et avide de nouveautés.

Issue d’une famille répartie sur différents continents, je suis le fruit d’un mélange culturel franco-mauricien, et j’ai hérité de mes origines et de mon éducation un goût certain pour la littérature et l’écriture.

Je trouve l’inspiration dans l’observation du quotidien, de la société, des gens en général, et dans mon imagination.

Ecrire est une nécessité chronophage.

Je travaille de façon boulimique, par accès d’inspiration. Je suis dans l’écriture, comme dans la vie, excessive. A trop en faire des jours durant ou à tout arrêter pendant de longues périodes.

J’ai traversée une période douloureuse de ma vie pendant laquelle lire et écrire étaient devenus impossible. Pinceaux et couleurs sont alors entrés dans ma vie, et cohabitent désormais avec l’écriture.

Par ailleurs, je suis professeure à l’université de Nantes.

 

 

Les racines du ciel

J ai lu ce bouquin je devais avoir 13 ans en vacances dans le Morbihan Je lisais n’importe quel bouquin qui me tombait sous la main Lisez le et ceux de Romain Gary

541 mots
Paramètres de l’article
Catégories

#(decideurs)

« Français libre », écrivain optimiste et désespéré, Romain Gary entre dans la Pléiade

franceinfo Culture avec agences

Franceinfo

« Français libre », écrivain optimiste et désespéré, Romain Gary entre dans la Pléiade

franceinfo Culture avec agences

Franceinfo
"Français libre", écrivain optimiste et désespéré, Romain Gary entre dans la Pléiade
Romain Gary, seul écrivain à avoir eu deux fois le prix Goncourt, entre à la Pléiade 40 ans après sa mort

Écrivain caméléon, seul auteur à avoir été récompensé deux fois (sous deux identités différentes) par le prix Goncourt, homme à la vie de légende, Romain Gary, si sensible aux honneurs, fait enfin son entrée dans la Pléiade près de 40 ans après sa disparition.

« Ouvrir un livre de Gary, c’est consentir à passer du rire aux larmes » mais aussi « aller à la rencontre d’un homme insaisissable, paradoxal et contradictoire », explique l’universitaire Mireille Sacotte qui a dirigé les deux volumes de la Pléiade consacrés à l’auteur de La promesse de l’aube, après avoir piloté un ouvrage qui lui était consacré dans la collection Quarto de Gallimard.

« Il était optimiste de nature et désespéré par constat », ajoute Mireille Sacotte, dans l’introduction qu’elle cosigne avec Denis Labouret, spécialiste de la littérature française du XXe siècle.

Un des premiers à rejoindre de Gaulle en 1940

Le tome 1 de la Pléiade (1 536 pages, 63 euros) s’ouvre avec le premier roman publié par Gary, Éducation européenne (1945, couronné par le prix des critiques). Le tome 2 (1 728 pages, 66 euros) se clôt avec son dernier roman, Les cerfs-volants (1980). A 35 ans de distance, ces deux livres ont pour sujet la Seconde guerre mondiale et plus précisément la Résistance, un thème toujours en filigrane dans ses romans.

Né Roman Kacew en mai 1914, fils d’un fourreur et d’une (…)

Lire la suite sur Franceinfo

"Français libre", écrivain optimiste et désespéré, Romain Gary entre dans la Pléiade
Romain Gary, seul écrivain à avoir eu deux fois le prix Goncourt, entre à la Pléiade 40 ans après sa mort

Écrivain caméléon, seul auteur à avoir été récompensé deux fois (sous deux identités différentes) par le prix Goncourt, homme à la vie de légende, Romain Gary, si sensible aux honneurs, fait enfin son entrée dans la Pléiade près de 40 ans après sa disparition.

« Ouvrir un livre de Gary, c’est consentir à passer du rire aux larmes » mais aussi « aller à la rencontre d’un homme insaisissable, paradoxal et contradictoire », explique l’universitaire Mireille Sacotte qui a dirigé les deux volumes de la Pléiade consacrés à l’auteur de La promesse de l’aube, après avoir piloté un ouvrage qui lui était consacré dans la collection Quarto de Gallimard.

« Il était optimiste de nature et désespéré par constat », ajoute Mireille Sacotte, dans l’introduction qu’elle cosigne avec Denis Labouret, spécialiste de la littérature française du XXe siècle.

Un des premiers à rejoindre de Gaulle en 1940

Le tome 1 de la Pléiade (1 536 pages, 63 euros) s’ouvre avec le premier roman publié par Gary, Éducation européenne (1945, couronné par le prix des critiques). Le tome 2 (1 728 pages, 66 euros) se clôt avec son dernier roman, Les cerfs-volants (1980). A 35 ans de distance, ces deux livres ont pour sujet la Seconde guerre mondiale et plus précisément la Résistance, un thème toujours en filigrane dans ses romans.

Né Roman Kacew en mai 1914, fils d’un fourreur et d’une (…)

Lire la suite sur Franceinfo

 

 

 

 

 

https://fr.news.yahoo.com/fran%C3%A7ais-libre-%C3%A9crivain-optimiste-d%C3%A9sesp%C3%A9r%C3%A9-074857866.html