Il suffit d’une rencontre… pour donner vie.

Ses drôles de personnages attirent l’humanité, comme s’ils vivaient. De terres, colorées, ils ont la malice ou l’exil au fonds des yeux.

Serge Castillo, un nom qui sonne le sud et l’Espagne,  expose tout l’été dans le sud de la Bretagne dans le village d’artistes de Saint Gildas de Rhuys à quelques kilomètres de Vannes.

Le parcours de l’artiste est né du hasard d’un rencontre. Deux étudiants lui parlent de leur lycée consacré aux métiers d’arts et tout doucement Serge Castillo se transforme doucement en artiste, sculpteur de terre. Et ce depuis une dizaine d’années, auparavant il exerçait comme psychomotricien. Il aidait les êtres de chair, désormais il façonne des êtres de terre avec autant d’humanité. Ses êtres de terre créent des rencontres…

Le parcours de Serge Castillo

C’est d’une démarche empreinte d’humanité et du temps…  Doucement l’oeuvre se construit comme l’homme. Il a commencé par la pierre, puis le bois avant de découvrir la terre. Avec celle-ci, il aime à rappeler celles des anciens réfugiés en France fuyant la guerre civile espagnole et le franquisme. L’artiste est né de parents espagnols… De la Andalousie et la Catalogne, Serge Castillo se souvient. Sa première pierre ne fut – elle pas un hommage au poète Frederico Garcia Lorca pour le centième anniversaire pour la naissance du poête. Une partie de son oeuvre est articulée sur la mémoire de cette guerre civile fratricide et de ses exils tragiques en France. Il a abordé d’autres thématiques à découvrir sur son site ou mieux en le rencontrant cet été.

Le travail de l artiste est plus vaste, plus léger.

Ces personnages de terre coloriés, exposés à Saint Gildas de Rhuys, sont étonnants de vitalité et de malice. Un regard modelé sur la nature humaine faite d’empathie et de complicité comme l’homme discret et attentif quand il saisit la terre et donne vie à ses personnages. Car ses statues de terre transpirent de vie.

serge-castillo sculpteur en residence d’artistes à Saint-Gildas-de-Rhuys